Communiqués - 2009

4 décembre 2009

CBD renforce sa position de leader de la distribution au Brésil

CBD annonce aujourd’hui la signature d’un accord de joint-venture entre sa filiale Globex Utilidades S.A. (« Ponto Frio ») et les activités de distribution de Casas Bahia Comercial Ltda (« Casas Bahia »), le premier distributeur non alimentaire au Brésil.

Casas Bahia exploite 513 magasins, emploie 57 000 personnes et a généré un chiffre d’affaires de 13.8 Mds R$ (5.3 Mds €) en 2008, principalement en électroménager, ameublement et produits électroniques.

Les actionnaires actuels de Casas Bahia apporteront leurs activités de distribution à Ponto Frio dont ils détiendront 49%, CBD maintenant une participation majoritaire dans la société. CBD et Casas Bahia contribueront également leurs activités internet à une nouvelle société détenue à 83% par CBD et 17% pour Casas Bahia. Cette nouvelle entité constituera le 2ème distributeur sur internet au Brésil.

Cet accord de joint-venture génèrera d’importantes synergies et permettra d’offrir aux consommateurs brésiliens une offre plus large de produits, une meilleure qualité de service et un accès facilité au crédit.

Avec 68,000 employés, la combinaison entre Ponto Frio et Casas Bahia réalisera un chiffre d’affaires (sur la base des comptes 2008) de 18.5 Mds R$ (7.1 Mds €) au travers de 1,015 magasins dans 18 Etats brésiliens.

CBD comptera ainsi 1,807 magasins pour un chiffre d’affaires de près de 40 Mds R$ (15.4 Mds €) et plus de 137,000 employés, ce qui en fera le premier employeur privé brésilien.

L’opération sera soumise à l’approbation de l’assemblée générale de CBD le 11 janvier 2010 pour une finalisation prévue d’ici à avril 2010.

Cet accord stratégique, dont Casino se félicite, permettra à CBD de consolider sa position de leader de la distribution au Brésil, tant dans le segment alimentaire que dans celui des biens de consommation durables.
Casino confirme ainsi la priorité qu’il accorde à son développement au Brésil, pays où la consommation est en forte croissance, et dont la contribution au chiffre d’affaires consolidé du Groupe continuera à augmenter.

Saint-Etienne, le 4 décembre 2009

Contacts presse
Caroline Simon, 01 53 70 74 65, caroline.simon@image7.fr
Karine Allouis, 01 53 70 74 81, kallouis@image7.fr

Contacts analystes et investisseurs
Nadine COULM, +33 (0)1 53 65 64 17, ncoulm@groupe-casino.fr
Aline NGUYEN, +33 (0)1 53 65 64 85, anguyen@groupe-casino.fr
 

3 décembre 2009

Exito : Succès de l’augmentation de capital et renégociation de l’option de vente relative à Carulla

Exito, filiale du Groupe Casino, a procédé avec succès à l’émission de 30 millions d’actions au prix de 14500 COP/action, représentant un montant de 435 mds COP (150 MEUR). Cette augmentation de capital permet à Exito de poursuivre son expansion sur le marché colombien afin de consolider son leadership, et de renforcer sa structure financière. Casino a souscrit à hauteur de 29 MEUR, soit 5,8 millions de titres.

Exito a, par ailleurs, annoncé la renégociation de l’option de vente consentie aux partenaires minoritaires de sa filiale Carulla Vivero, et portant sur 22,5% du capital. Selon les termes du nouvel accord, Exito va acquérir cette participation résiduelle pour un montant de 222M$, qui sera financé pour moitié en cash et pour moitié par l’émission de 14,3 millions d’actions nouvelles en faveur des minoritaires. Cette émission sera réalisée mi-décembre dans le cadre d’un placement privé après accord des autorités de marché colombiennes. A l’issue de cette opération, Exito détiendra 99,8% du capital de Carulla.

Au terme de ces deux transactions, le nombre total d’actions Exito s’élèvera à 333 millions et Casino détiendra 54,8% du capital d’Exito (contre 61,2% précédemment).

L’élargissement du flottant d’Exito et son intégration récente à l’indice MSCI des marchés émergents permettent ainsi à la société de renforcer son profil boursier.

Ces deux opérations permettront, par ailleurs, de réduire la dette financière nette du groupe Casino d’environ 195 MEUR.

À propos d’Exito
Exito est n°1 de la distribution alimentaire en Colombie, le deuxième pays le plus peuplé d’Amérique du Sud. Exito est le leader incontesté du marché avec environ 260 points de vente sur l’ensemble du pays et une position de numéro un sur tous les formats (hypermarchés, supermarchés et discount).

Saint-Etienne, le 3 décembre 2009

Contacts presse
Caroline Simon, 01 53 70 74 65, caroline.simon@image7.fr
Karine Allouis, 01 53 70 74 81, kallouis@image7.fr

Contacts analystes et investisseurs
Nadine COULM, +33 (0)1 53 65 64 17, ncoulm@groupe-casino.fr
Aline NGUYEN, +33 (0)1 53 65 64 85, anguyen@groupe-casino.fr

 

13 novembre 2009

Franprix-Leader Price : Casino acquiert les participations minoritaires de la famille Baud

Le groupe Casino a acquis, le 12 novembre 2009, les participations résiduelles de la famille Baud dans les sociétés Franprix et Leader Price, respectivement 5% et 25%, pour un prix de 428,6 M€. Le groupe Casino détient désormais la totalité du capital des deux sociétés.

Ce prix, calculé par un expert indépendant en application de la formule de prix convenue entre les parties en 1998, est ainsi proche des 413,4 M€ déjà comptabilisés en dette financière dans les comptes du Groupe au 30 juin 2009.

Les intérêts sur ce prix, ainsi que les demandes d’indemnités de la famille Baud au titre des droits à dividende, seront examinés ultérieurement par le Tribunal Arbitral conformément à la sentence du 2 juillet 2009. Ils ont été enregistrés en dettes dans les comptes du Groupe.

 

 

Saint-Etienne, le 13 novembre 2009

 

Direction de la Communication Financière
Nadine COULM
Aline NGUYEN
+33 (0)1 53 65 64 17
+33 (0)1 53 65 64 85

pdf Télécharger le communiqué

19 octobre 2009

Cession des actifs et passifs de Super de Boer à Jumbo sur la base d’un prix de 4,82 euros par action

La société Super de Boer, filiale à 57% de Casino, a annoncé avoir signé dimanche 18 octobre un accord avec la société Jumbo en vue de lui céder 100% de ses actifs et passifs pour un montant d’environ 550 millions d’euros, soit un prix équivalent à 4,82 euros par action.
Ce prix valorise la société sur la base de 13,9x EBITDA estimé 2009 , et conduit à dégager une plus-value brute de l’ordre de 60 millions d’euros pour Casino.

La transaction est soumise à un certain nombre de conditions suspensives usuelles en la matière ainsi qu’à l’approbation, à la majorité simple, de l’assemblée générale extraordinaire de Super de Boer prévue à cet effet d’ici la fin de l’année et au cours de laquelle Casino s’est engagé auprès de Super de Boer et de Jumbo à voter en faveur de l’opération.

A l’issue de la cession de ses actifs et passifs à Jumbo, attendue d’ici la fin de l’année, il est prévu que la société Super de Boer distribue le produit de la cession à ses actionnaires dans le cadre, le cas échéant, d’un processus de liquidation de la société.

Cette transaction permettra de réduire l’endettement de Casino d’environ 400 millions d’euros. Elle constitue ainsi une étape importante du programme de cessions d’actifs d’environ 1 Milliard d’euros d’ici fin 2010, visant à renforcer la flexibilité financière du Groupe.
 

 

Direction de la Communication Financière
Nadine COULM
Aline NGUYEN
+33 (0)1 53 65 64 17
+33 (0)1 53 65 64 85

 

A Saint-Etienne, le 19 octobre 2009

Sur la base du consensus des brokers de Super de Boer


PDF Télécharger le communiqué

14 octobre 2009

Chiffre d’affaires du 3ème trimestre 2009 : Quasi stabilité de la croissance organique hors essence : -1,0%

– Bonne résistance des formats de proximité en France

– Poursuite d’une croissance solide à l’International portée par le dynamisme du Brésil

CA T 2009

(1) A compter du 1er janvier 2009, la norme IFRS 8 « Secteurs opérationnels » et l’interprétation IFRIC 13 « Programme de fidélisation clients » sont appliquées, les données de l’exercice 2008 ont donc été retraitées en conséquence (détails en annexe)
(2) A taux de change et périmètre constants

CA T 2009

Au 3ème trimestre 2009, le Groupe a enregistré un chiffre d’affaires consolidé en baisse de -1,4% (vs -2,6% au premier semestre). La performance de la France en publiée est analogue à celle du premier semestre (-5,3%). La croissance des ventes à l’International est de +6,0% (vs +2,4% au premier semestre) sous l’effet du dynamisme des pays émergents, en particulier du Brésil, et de la consolidation de Ponto Frio par Grupo Pão de Açúcar (anciennement CBD et ci-après « GPA ») à compter du 1er juillet 2009.

La consolidation de cette société, partiellement compensée par la déconsolidation de deux franchisés Franprix-Leader Price fin décembre 2008, explique l’essentiel de l’effet périmètre de la période (+1,2%).
Super de Boer a annoncé, les 18 septembre et 5 octobre, avoir reçu deux offres de la part de concurrents locaux en vue d’acquérir 100% de son activité. A ce stade, le Groupe a maintenu la contribution de la filiale néerlandaise dans le chiffre d’affaires de la période.
Les taux de change ont eu un effet défavorable de -0,7%, sous l’effet principalement de la dépréciation des devises brésiliennes et argentines par rapport à l’euro.
La baisse du prix de l’essence a eu un impact négatif de -0,9%. L’effet calendaire est neutre sur la période, tant en France qu’à l’International.
Hors impact de l’essence, la croissance organique du Groupe s’établit ainsi à -1,0% sur la période.

* * *

En France, le chiffre d’affaires recule de -3,2% en organique (hors essence), dans un environnement de consommation qui reste peu favorable.

–  Dans ce contexte, les formats de proximité (Monoprix, Casino Supermarchés et Franprix) ont de nouveau fait preuve d’une bonne résistance sur la période.

–  Les ventes à magasins comparables de Franprix sont quasi stables à -0,7%. Cette bonne performance, combinée à l’accélération de l’expansion, tant sur Franprix que sur Leader Price, a permis aux deux enseignes d’afficher une croissance organique totale de -0,6%, en ligne avec celle du premier semestre.

–  Dans un environnement concurrentiel accru, Géant Casino a maintenu des ventes à magasins comparables en ligne avec celles du premier semestre, en recul de -6,3% hors essence, et a poursuivi sur la période sa politique de baisses de prix ciblées.

–  Cdiscount affiche de nouveau une croissance dynamique de ses ventes, confirmant l’attractivité de son modèle économique.

L’International maintient une croissance organique solide de +2,9% hors essence portée par les pays émergents (+4,0%) qui représentent désormais plus de 30% du chiffre d’affaires contre 26% en 2008(1).

–  La croissance organique hors essence de l’Amérique du Sud (+5,5%) est portée par le dynamisme du Brésil, qui enregistre à nouveau une croissance à deux chiffres de ses ventes.

–  La consolidation au 1er juillet de la société Ponto Frio, deuxième acteur sur le segment très porteur de l’électroménager/électronique, permet à GPA d’accroître son chiffre d’affaires d’environ 20% et de renforcer significativement son leadership sur le marché brésilien.

–  L’Asie affiche des ventes quasi stables en organique (-0,9%). Les ventes en Thaïlande ont été affectées par un environnement économique morose et une fréquentation touristique en baisse. Le Vietnam poursuit sa forte croissance à magasins comparables et son expansion avec l’ouverture d’un hypermarché en juillet.

Sur les neuf premiers mois de 2009, le Groupe a affiché une stabilité de ses ventes en organique hors essence, reflétant le bon positionnement de son portefeuille d’activités :

–  mix de formats favorable en France, caractérisé par la prédominance des enseignes de proximité et de discount,

–  position de leader sur le e-commerce non alimentaire,

–  et présence à l’International centrée sur des pays à fort potentiel.

Le Groupe intensifie ses actions visant à renforcer l’attractivité commerciale de ses enseignes et à maîtriser ses marges, notamment par l’accélération de son programme de réduction de coûts et l’optimisation de son mix, tant en alimentaire qu’en non alimentaire.
La flexibilité financière du Groupe sera renforcée par l’amélioration de la génération de free cash flow(2) et la mise en œuvre d’un programme de cessions d’actifs d’environ 1 milliard d’euros d’ici fin 2010.

Le Groupe confirme ainsi son objectif d’améliorer son ratio de DFN/EBITDA à fin 2009 et d’atteindre un ratio inférieur à 2,2 à fin 2010.

 

(1) Le pourcentage 2009 a été calculé hors Super de Boer
(2) Free cash flow = CAF opérationnelle courante avant IS – investissements courants + var BFR – IS versés – intérêts financiers nets versés
FRANCE

Les ventes en France reculent de -5,3%, sous l’effet notamment des variations de périmètre relatives à Franprix-Leader Price (-1,0%) et d’un impact défavorable de l’essence (-1,2%).
Hors essence, l’évolution des ventes en organique ressort à -3,2%. Ce chiffre intègre l’impact de l’arrêt de contrats d’affiliation, essentiellement avec les Coop de Normandie, qui a pesé à hauteur de -0,6% sur la croissance des ventes.

CA T 2009
(1) A compter du 1er janvier 2009, la norme IFRS 8 « Secteurs opérationnels » et l’interprétation IFRIC 13 « Programme de fidélisation clients » sont appliquées, les données de l’exercice 2008 ont donc été retraitées en conséquence (détails en annexe).
(2) Impact de l’arrêt de contrats d’affiliation : respectivement -1,3% sur les Hypermarchés et -1,0% sur Casino Supermarchés au T3 09 et de -1,4% sur les hypermarchés et -1,3% sur Casino Supermarchés sur les 9 premiers mois de l’année.

CA T 2009

Franprix-Leader Price
Les ventes à magasins comparables de Franprix sont quasi stables à -0,7%. La progression du trafic sur le trimestre (+2,2%) atteste du succès du modèle de l’enseigne, dont l’attractivité est encore renforcée par le déploiement du nouveau concept. Franprix poursuit sa politique d’expansion volontariste et a ainsi accru son parc de 46 magasins depuis le début de l’année (dont 39 ouvertures et 7 transferts).

Les ventes à magasins comparables de Leader Price s’inscrivent en retrait de -10,3%. Cette baisse s’explique essentiellement par le recul du panier moyen (-8,3%). Cette évolution, commune à l’ensemble du secteur, traduit la réduction des dépenses de la clientèle du format discount, phénomène accentué chez Leader Price par la quote-part plus élevée des produits frais dans le chiffre d’affaires.
L’enseigne a ouvert 27 magasins depuis le début de l’année, conformément à ses objectifs, et a bénéficié du transfert de 2 supermarchés Casino. Leader Price a par ailleurs poursuivi sur le trimestre le processus de rationalisation de son parc avec, notamment, la conversion en Franprix de 3 magasins Leader Price situés en zone urbaine ou péri-urbaine.
La part de marché est stable sur la période.

Au total, et hors impact de la déconsolidation des deux franchisés, le chiffre d’affaires de Franprix-Leader Price est quasi stable à -0,6%.

Hypermarchés
Les ventes de Géant Casino à magasins comparables hors essence sont en baisse de -6,3%. Le trafic et le panier moyen reculent l’un et l’autre de –3,2%.
Les ventes en alimentaire sont en retrait de -4,7%. Le glissement du mix vers la marque propre s’est poursuivi, avec une quote-part en progression de +1,9 points sur le trimestre, confirmant l’avance de Géant dans ce domaine.
L’enseigne a réduit son activité promotionnelle sur la période par rapport au trimestre précédent pour donner la priorité aux baisses de prix ciblées en fond de rayon, une politique commerciale qui se poursuivra au quatrième trimestre.
Les ventes en non alimentaire sont en baisse de -10,3%, en ligne avec la tendance du premier semestre, dans un contexte peu favorable aux dépenses discrétionnaires.

Géant Casino accélère le travail de repositionnement de son offre sur les familles de produits les plus porteuses en chiffre d’affaires et en marge (textile, maison et loisirs) tout en réduisant l’assortiment sur les catégories non rentables (blanc et brun). Les marges de manœuvre ainsi dégagées permettent notamment d’accroître la compétitivité prix de l’offre en alimentaire.

Proximité

Supermarchés
Les ventes à magasins comparables de Casino Supermarchés reculent de -4,4%, hors essence.
La déflation des prix des fruits et légumes et la baisse du panier moyen dans les magasins situés en zones touristiques ont pesé sur le chiffre d’affaires de la période. Le trafic est en ligne avec celui du premier semestre.
Les ventes totales hors essence sont en retrait de -2,2%, compte tenu des ouvertures de magasins réalisées au cours des douze derniers mois.
La part de marché de l’enseigne sur le 3ème trimestre 2009 est stable.

Monoprix
Les ventes de Monoprix baissent de -2,7% à magasins comparables. La performance de l’alimentaire s’est maintenue en ligne avec celle du premier semestre, ce qui atteste du positionnement différencié de l’enseigne. Monoprix a enregistré une bonne performance en produits de soin / hygiène tandis que les ventes en non alimentaire ont été pénalisées par le recul du textile sur la période.
L’enseigne a continué à développer son réseau avec l’ouverture de 6 Monop’ et d’un Naturalia. Les ventes totales s’inscrivent en léger recul, de -1,5%, au troisième trimestre.

Supérettes
Les ventes sont en retrait de -5,2%. L’enseigne a poursuivi l’optimisation de son parc de magasins (102 fermetures pour 70 ouvertures sur la période).

Autres activités

Le chiffre d’affaires de Cdiscount a progressé à un rythme satisfaisant sur la période.
Casino Restauration a enregistré une amélioration sensible de sa tendance d’activité avec des ventes en croissance.
Au total, les ventes des autres activités (Cdiscount, Mercialys, Casino Restauration, Banque Casino) sont en hausse de +5,1% au troisième trimestre.

* * *

INTERNATIONAL

Le chiffre d’affaires de l’International est en hausse de +6,0% au troisième trimestre. L’effet périmètre est positif de +5,4%, principalement sous l’effet de l’intégration de Ponto Frio par GPA à compter du 1er juillet 2009. L’effet de change est défavorable de -2,1%, résultant notamment de la dépréciation du réal brésilien et du peso argentin par rapport à l’euro, en partie compensée par l’appréciation du baht thaïlandais.

La croissance organique de l’International s’est élevée à +2,8%, tirée par le dynamisme de l’Amérique du Sud (+5,2%), en particulier du Brésil, tandis que l’Asie affiche des ventes en organique quasi stables (-0,9%).

CA T 2009


En Amérique du Sud
, la croissance des ventes à magasins comparables s’est maintenue sur un rythme élevé (+3,9%).
GPA continue à afficher des ventes à magasins comparables en très forte croissance, à +12,9%, en ligne avec la tendance observée au premier semestre. Cette excellente performance traduit, en particulier, le succès des campagnes anniversaires menées en septembre sur l’ensemble des enseignes du groupe. Les ventes totales du Brésil sont en hausse de +30,8% sous l’effet de la consolidation de Ponto Frio, deuxième acteur sur le segment très porteur de l’électroménager/électronique. Cette acquisition a permis à la société de renforcer sa position de leader de la distribution sur le marché brésilien.
Exito affiche des ventes à magasins comparables dans la tendance du premier semestre.
Le Venezuela a enregistré un chiffre d’affaires à magasins comparables en amélioration par rapport au deuxième trimestre. Les ventes à magasins comparables de l’Argentine et de l’Uruguay restent très satisfaisantes.

A magasins comparables, le chiffre d’affaires de l’Asie est en retrait de -5,2%, les ventes de la Thaïlande ayant été affectées par un environnement économique morose et une fréquentation touristique en baisse du fait du contexte politique troublé. Les ventes à magasins comparables du Vietnam restent très dynamiques.
Le chiffre d’affaires de la zone est quasi stable en organique, à -0,9%, sous l’effet de l’expansion.

La performance de l’Océan Indien est satisfaisante avec une stabilité des ventes, tant à magasins comparables (+0,3%) qu’en organique (-0,4%).

 

Principales variations du périmètre de consolidation
• Déconsolidation de deux franchisés au sein du sous-groupe Franprix-Leader Price à compter de fin décembre 2008.
• Consolidation de la société Ponto Frio par GPA depuis le 1er juillet 2009.
• Suite à cette acquisition, lancement d’une augmentation de capital par GPA qui a vu la participation de Groupe Casino passer de 35,0% à fin juin 2009 à 33,7% dans cette filiale à compter du 21 septembre 2009.

CA T 2009

 

CA T 2009

CA T 2009

Annexe : Application de la norme IFRS 8 et de l’interprétation IFRIC 13

A compter du 1er janvier 2009, la norme IFRS 8 « Secteurs opérationnels » et l’interprétation IFRIC 13 « Programme de fidélisation clients » s’appliquent obligatoirement. A ce titre, deux changements de méthode ont été effectués et leur application rétrospective a conduit à retraiter les données de l’exercice 2008 permettant d’assurer leur comparabilité avec celles de l’exercice en cours.

–  IFRS 8 remplace IAS 14 « Information sectorielle ». Cette norme n’a pas d’effet sur la performance ni sur la situation financière du Groupe mais donne lieu à une présentation différente des informations. En pratique pour le Groupe, la principale modification sur les données de chiffre d’affaires 2008 concerne la présentation du chiffre d’affaires, réalisé majoritairement par Easydis auprès de tiers, qui est désormais présenté en « Autres activités » et non plus réparti entre les enseignes françaises.

–  L’interprétation IFRIC 13 « Programme de fidélisation clients » impose de comptabiliser à leur juste valeur les avantages octroyés aux clients dans le cadre de programmes de fidélisation (notamment programmes de points et bons d’achat), comme une composante identifiable séparément de la vente au cours de laquelle ils sont octroyés. En pratique, l’interprétation IFRIC 13 conduit à minorer le chiffre d’affaires lors de l’octroi de l’avantage et à reconnaître une augmentation du chiffre d’affaires lors de l’utilisation de l’avantage. Jusqu’en 2008, au titre de ces programmes de fidélité, le Groupe enregistrait dans le résultat opérationnel courant une provision correspondant au coût.

CA T 2009

* Retraité pour tenir compte de la consolidation de Naturalia

CA T 2009

* Retraité pour tenir compte de la consolidation de Naturalia

 

19 septembre 2009

Casino launches a new business in the photovoltaic energy sector through dedicated subsidiary GreenYellow

Casino has created GreenYellow, a wholly‐owned subsidiary that will develop photovoltaic (PV) systems on store roofs and parking lot shade structures. The new
venture will leverage the Group’s expertise in property development, construction and operation, as well as the favourable geographic location of its stores, a majority of which are in sunny regions. One example is Reunion Island, where the Group’s Indian Ocean subsidiary Vindémia is a partner in creating value from this promising business.

As a designer and promoter of solar power generating systems, GreenYellow has defined an ambitious development programme that initially involves equipping all of the Group’s sites located in the south of a Bordeaux‐Grenoble line, as well as in Corsica and Reunion Island. This represents potential capacity of more than 250 MW. Further out, non‐Group clients will be able to benefit from GreenYellow’s expertise to equip their parking lots, commercial and industrial buildings with rooftop PV systems.

For this purpose, GreenYellow has forged strong ties with such recognised specialists as SMAC (Bouygues) for sealing, Schneider Electric for electrical equipment and Sunpower for ultra‐high‐performance solar panels. For its projects on Reunion Island, it has selected local companies to build the PV systems, including SETB, Ineo and civil engineering contractors GTOI, Léon Grosse and SBTPC.

GreenYellow has also designed a specific PV shade structure for parking lots. This sophisticated manufactured structure’s metal frame and special foundations are
designed to withstand harsh weather conditions, as those for instance experienced by Reunion Island.
Shoppers will benefit from more comfortable parking conditions, such as protection from sun and rain. GreenYellow worked with GagnePark, a specialised SME in central France, to develop this new product.

A first trial was carried out in April 2009 at Vindémia’s Jumbo store in Le Port on Reunion Island, involving four shade structures, 150 PV panels and 20 parking spaces.
Deployment began in September 2009, with the construction of eight solar power generating systems offering a combined capacity of 17.5 MW. Six units will be located on Reunion Island, at Jumbo stores in Le Port, Saint André, Saint Benoît, Savannah and Sainte Marie and a Score outlet in Saint Pierre. The other two will be built in Mayotte, at the Jumbo in Mamoudzou, and in mainland France, at the Géant Casino in Istres.
The systems are scheduled to come on stream in first‐half 2010, with the goal of deploying 70 MW of capacity by 2012.

In its role as the developer of one of the Green Energy Revolution Reunion Island (GERRI) programme’s flagship projects, GreenYellow is establishing strong partnerships with local communities in the areas of sustainable development, as well as employment and training. For instance, discussions are underway with the Reunion General Council for the inclusion in outsourcing contracts of a clause requiring worksite job opportunities to be offered to the disadvantaged. Other initiatives include internships for students, experimental research opportunities for PhD candidates at the Saint Pierre technical college and R&D with specialised professional institutes and the French Agency for Energy and the Environment (ADEME).

In this way, GreenYellow will deliver benefits in three key areas :

– The shopping experience, as the shade structures protect customers from the
rain and sun.

– The local economy and industrial base, thanks to the technical content of the
company’s systems and its potential for creating value.

– Society and the environment, in keeping with Casino’s practices and the French government’s targets set at the Grenelle Environment Round Table for quickly developing renewable energies.

Saint-Etienne – 19 October 2009Press Contact : Karine Allouis, +33 (0)1 53 70 74 81, kallouis@image7.fr

27 août 2009

Bonne tenue de l’activité au premier semestre 2009

– Croissance organique hors essence et effet calendaire de +1,3%

– Quasi-stabilité de la marge d’EBITDA en organique

– Résistance des formats de proximité en France, poursuite du développement à l’International et mise en œuvre rapide du plan de réduction des coûts

– Résultat net, part du groupe, stable à 231 M€

« Dans un environnement difficile au 1er semestre, le Groupe est en ligne avec son plan de marche. Les résultats du semestre traduisent la robustesse de notre modèle économique et l’efficacité des plans d’actions mis en œuvre par les équipes de Casino, tant sur le plan commercial que financier.
En France, le positionnement du Groupe, caractérisé par la prédominance des formats de proximité et de discount, lui confère un socle de résultat solide et, à l’International, les positions de leader en Amérique Latine et Asie du Sud Est constituent des relais de croissance importants.
Dans ce contexte, nous accélérons le déploiement de notre stratégie et sommes confiants dans l’atteinte de nos objectifs. »
a déclaré Jean-Charles Naouri, Président Directeur général du Groupe Casino.

CHIFFRES CLEFS

Le Groupe a poursuivi sa croissance au premier semestre 2009 avec une progression des ventes en organique, hors essence et effet calendaire, de +1,3% portée par le dynamisme des activités à l’International, tout en maintenant en France un bon niveau d’activité et de marge.
La marge d’EBITDA en organique est quasi stable grâce à la résistance des formats de proximité en France, la bonne tenue des marges à l’International et la mise en œuvre rapide du plan de réduction des coûts. Le résultat opérationnel courant enregistre un recul limité à -9,1% (-6,4% en organique) sous l’effet de la hausse des amortissements. La marge opérationnelle courante est en retrait modéré de -26 bp.
Le Groupe a atteint ses objectifs en terme de stratégie commerciale, de coûts et de gestion des capitaux employés, ce qui témoigne de la bonne adaptation de son modèle économique.

Bonne résistance de l’activité en France

En France, les ventes en organique sont en repli de -4,2% et de -2,4% hors essence. Les formats de proximité (Monoprix, Casino Supermarchés, les supérettes et Franprix) continuent d’afficher une performance satisfaisante, démontrant l’adéquation de leur positionnement aux attentes des consommateurs.
La stabilité de la marge d’EBITDA en organique résulte de la bonne tenue de la marge commerciale, liée à l’impact favorable du mix format et du mix marque, et de la mise en œuvre rapide du plan d’économies de coûts.
Le résultat opérationnel courant est en recul de -11,8% et de -9,8% en organique du fait, notamment, de la hausse des amortissements liée à la politique d’expansion de Casino Supermarchés et de Monoprix.

– Géant Casino a enregistré une amélioration sensible de sa tendance d’activité au deuxième trimestre sous l’effet de la montée en puissance des initiatives commerciales mises en oeuvre depuis fin mars. La marge opérationnelle s’inscrit en baisse, en ligne avec le plan de marche. La bonne maîtrise des coûts a permis de compenser en partie l’impact de la baisse d’activité. L’enseigne entend amplifier ses mesures de réduction des coûts, de baisse des stocks et d’optimisation de ses conditions d’achat. Elle va également accélérer le repositionnement de son offre en non-alimentaire sur les familles de produits les plus rentables et continuer à renforcer la compétitivité prix de son offre en alimentaire.

– Hors essence et hors impact de l’arrêt des contrats d’affiliation, les formats de proximité affichent au total des ventes stables. Le maintien d’une marge opérationnelle élevée confirme la grande solidité de leur modèle opérationnel. Casino Supermarchés a bénéficié de sa politique d’expansion active. La bonne résistance des ventes de Monoprix atteste, une fois de plus, du succès de son positionnement différencié. Les supérettes ont poursuivi la politique d’optimisation de leur parc de magasins.

– Franprix affiche une performance commerciale satisfaisante avec des ventes à magasins comparables stables, la bonne tenue du trafic témoignant de la robustesse de l’enseigne. Le recul des ventes à magasins comparables de Leader Price (-7,6%) s’explique essentiellement par la baisse du panier moyen, évolution commune à l’ensemble du secteur du discount. Les deux enseignes enregistrent des ventes totales en recul de -1,1%, compte tenu de la contribution significative de l’expansion. La marge opérationnelle est stable.

– Les autres activités (Mercialys, Cdiscount, Banque Casino, Casino Restauration) enregistrent une nouvelle croissance de leur chiffre d’affaires (+7,5%) et de leur résultat opérationnel courant. Cdiscount continue à être un moteur de croissance important avec des ventes en progression de +14,9%. Mercialys enregistre à nouveau une hausse à deux chiffres de ses revenus locatifs.

Poursuite d’une croissance soutenue à l’International

L’International affiche une croissance organique robuste de son chiffre d’affaires (+5,0%), portée par le maintien du dynamisme de l’Amérique du Sud et de l’Asie, qui représentent désormais près de 30% du chiffre d’affaires du Groupe. Le résultat opérationnel courant recule de -2,6% (+1,9% en organique), pénalisé par l’impact défavorable de la dépréciation des devises brésiliennes et colombiennes par rapport à l’euro.

– La croissance des ventes de l’Amérique du Sud (+6,2% en organique) a été portée par la poursuite du fort développement de Grupo Pao de Açucar au Brésil. L’enseigne a surperformé son marché et affiche une croissance à deux chiffres de ses ventes à magasins comparables. La progression du résultat opérationnel courant de +0,9% en organique reflète la bonne tenue des marges au Brésil et en Colombie, en partie compensée par l’impact des grèves au Venezuela.

– Casino continue à se développer de façon dynamique en Asie sous l’enseigne Big C, avec une croissance organique du chiffre d’affaires de +7,4%. La zone maintient un niveau de rentabilité élevé.

Une discipline financière stricte

Le Groupe a maintenu une stricte discipline financière avec des ratios de dette stables par rapport au 30 juin 2008. La dette financière nette s’est élevée à 6 003 M€ au 30 juin 2009 (contre 5 868 M€ au 30 juin 2008) malgré l’impact négatif de la mise en œuvre de la LME en France sur les délais de paiement fournisseurs. Le Groupe a mené une politique active de réduction des stocks et de maîtrise de ses investissements, en ligne avec son plan de marche.
La situation de liquidité a été renforcée avec l’émission de 1,5 Mds € d’obligations depuis le début de l’année.

Perspectives et conclusion

La performance du Groupe au 1er semestre 2009 démontre sa capacité d’adaptation à un environnement plus difficile ainsi que l’efficacité de son modèle économique, qui repose sur :
– le développement prioritaire des formats de proximité, du discount et de l’e-business en France
– une présence à l’International centrée sur des pays à fort potentiel
– une stratégie active de valorisation des actifs immobiliers.

Le Groupe entend poursuivre et accélérer la mise en œuvre de ses plans d’actions, qui s’articulent autour de trois axes stratégiques :
1. Renforcement de l’attractivité commerciale de ses enseignes par :
– la poursuite du développement de la marque propre
– l’optimisation de la stratégie tarifaire
– la transformation en profondeur du modèle des hypermarchés en France

2. Maîtrise des marges grâce à :
– l’amélioration des conditions d’achat
– la poursuite de la politique de réduction des coûts, devant générer des économies supérieures à 300 M€ en 2010 (dont 150 M€ à fin 2009)

3. Flexibilité financière accrue par
– l’amélioration de la génération de free cash flow(1)
. réduction des stocks de 2 jours en 2009 et de 1 jour supplémentaire en 2010
. plus grande sélectivité en matière d’investissements (capex bruts d’environ 800 M€ en 2009 et 850 M€ en 2010)
– et la mise en œuvre d’un plan de cessions d’actifs d’1 milliard d’euros d’ici fin 2010

Le Groupe confirme ainsi son objectif d’améliorer son ratio de DFN/EBITDA à fin 2009 et d’atteindre un ratio inférieur à 2,2x à fin 2010.

Calendrier des prochaines publications

Mercredi 14 octobre 2009 (après Bourse) : C.A. du 3ème trimestre 2009

(1) Free cash flow = CAF opérationnelle courante avant IS – investissements courants + variation de BFR – IS versés – intérêts financiers nets versés

Résultats S1 2009


Annexe – Passage du résultat net publié au résultat net normalisé

Le résultat net normalisé correspond au résultat net des activités poursuivies, corrigé des effets des autres produits et charges opérationnels, tels que définis dans la partie Principes Comptables de l’annexe annuelle aux comptes consolidés, et des effets des éléments financiers non récurrents, ainsi que des produits et charges d’impôts non récurrents.
Les éléments financiers non récurrents regroupent certains instruments financiers constatés en résultat dont la juste valeur peut être très volatile. A titre d’exemple, les variations de juste valeur des instruments financiers non qualifiés de couverture et des dérivés incorporés sur le cours de l’action Casino sont ainsi retraitées du Résultat net normalisé.
Les produits et charges d’impôts non récurrents correspondent aux effets d’impôt directement liés aux retraitements précédents ainsi que les effets directs d’impôt non récurrents. Ainsi la charge d’impôt rapportée au résultat normalisé avant impôt correspond au taux d’impôt moyen normatif du Groupe.
Cet agrégat permet de mesurer l’évolution du résultat récurrent des activités.


pdf Téléchargez le communiqué

pdf Téléchargez la présentation du 27/08/2009

20 août 2009

Cessation du contrat de liquidité

Portant sur les actions à dividende prioritaire sans droit de vote

Le contrat de liquidité portant sur les actions à dividende prioritaire sans droit de vote (ADP) mis en œuvre le 28 mai 2009 a pris fin le 12 juin 2009, dernier jour de bourse précédant la date de prise d’effet de la conversion des ADP en actions ordinaires nouvelles (15 juin 2009), conformément à ce qui avait été indiqué dans la note d’opération visée par l’AMF le 21 avril 2009 sous le n°09-099 et le communiqué de mise en œuvre du contrat de liquidité en date du 27 mai 2009.

Il est rappelé que ce contrat avait été mis en place en vue de favoriser la liquidité ADP et la régularité de leurs cotations, dans la seule perspective de la gestion des rompus de conversion dans le cadre de la conversion des ADP en actions ordinaires nouvelles décidée par les assemblées générales du 19 mai 2009 et qu’il avait été confié à Rothschild & Cie Banque qui n’avait pas vocation à participer à l’animation du marché des ADP mais seulement à se porter contrepartie sur ce marché dans la limite de 300 titres par transaction.

A la date de cessation du contrat de liquidité, les moyens suivants figuraient au compte de liquidité :

– 6 actions à dividende prioritaire sans droit de vote,

– 1 018 943,53 €.

Il est rappelé que lors de sa mise en œuvre, les moyens suivants figuraient au compte de liquidité :

– 411 Casino ADP

– 1 000 000,00 €.

***

Saint-Etienne le 20 août 2009

pdf Télécharger le communiqué

16 juillet 2009

Communiqué établissant le bilan semestriel du contrat de liquidité de la société CASINO, GUICHARD-PERRACHON

Au titre du contrat de liquidité confié par la société Casino, Guichard-Perrachon à Rothschild & Cie Banque, les moyens suivants figuraient au compte de liquidité à la date du 30 juin 2009 :

• aucune action,
• 89 912 201,05 €.

Il est rappelé que lors de sa mise en oeuvre, les moyens suivants figuraient au compte de liquidité :

• 700 000 actions ordinaires,
• 40 000 000 €.

 

 

******

 

Saint-Etienne, le 16 juillet 2009
 

PDF Télécharger le communiqué

15 juillet 2009

Bonne tenue de l’activité au 2nd trimestre 2009

Croissance organique hors essence : +0,9%

– Résistance des formats de proximité en France

– Amélioration de la dynamique commerciale de Géant Casino

– Poursuite d’une croissance soutenue à l’International

Au 2nd trimestre 2009, le chiffre d’affaires consolidé du Groupe est en baisse de -1,9%.
L’effet périmètre a été de -0,5 %, principalement lié à la déconsolidation de deux franchisés Franprix-Leader Price. Les taux de change ont eu un effet défavorable de -0,9%, principalement du fait de la dépréciation des devises brésiliennes et colombiennes par rapport à l’euro.
La baisse du prix de l’essence a eu un impact négatif de -1,4%. L’effet calendaire est neutre sur la période (-0,2% dont -0,9% sur la France et +1,0% à l’International).
La croissance organique du Groupe s’est ainsi élevée à +0,9% hors essence sur la période, témoignant de la bonne tenue de l’activité.

*
* *

En France, le Groupe a enregistré des ventes en organique en recul de -2,0% (hors essence).
Les formats de proximité (Monoprix, Casino Supermarchés et Franprix) continuent d’afficher une performance satisfaisante, avec des ventes totales en croissance sur la période, démontrant l’adéquation de leur positionnement aux attentes des consommateurs.
Les hypermarchés ont enregistré une amélioration sensible de leur tendance d’activité, avec des ventes à magasins comparables en recul de -4,2% hors essence (contre -8,6% au 1er trimestre 2009), sous l’effet des initiatives commerciales mises en œuvre depuis fin mars. 
Cdiscount affiche à nouveau une croissance à deux chiffres de ses ventes sur la période, confirmant son dynamisme.
Avec un trafic quasiment stable, le recul de -6,1% (hors effet calendaire) des ventes à magasins comparables de Leader Price est attribuable à la baisse du panier moyen, la clientèle du format discount, touchée plus directement par la conjoncture, étant conduite à limiter ses dépenses. L’enseigne a lancé une série d’actions commerciales visant notamment à accroître la taille du panier moyen.

Les activités à l’International maintiennent une croissance organique robuste +5,9% hors essence. La croissance organique hors essence de l’Amérique du Sud est restée soutenue (+7,3%), portée par la poursuite d’un rythme de croissance très élevé au Brésil. L’Asie continue d’afficher une croissance organique solide (+7,4%), sous l’effet de la politique d’expansion soutenue de la Thaïlande et de la poursuite du fort dynamisme du Vietnam.

Sur le premier semestre 2009, le Groupe a affiché une croissance organique de ses ventes de +0,4% hors essence, ce qui atteste du bon positionnement de son portefeuille d’activités :

–  mix de formats favorable en France, caractérisé par la prédominance des enseignes de proximité et de discount,

–  position de leader sur le e-commerce non alimentaire,

–  et présence à l’International centrée sur des pays à fort potentiel.

Le Groupe est en ligne avec son plan de marche et poursuit le déploiement rapide de son programme de réduction de coûts ainsi que l’optimisation de son mix, tant en alimentaire qu’en non alimentaire.

La flexibilité financière du Groupe sera significativement renforcée par l’amélioration de la génération de free cash flow(1) et la mise en œuvre d’un programme de cessions d’actifs d’environ 1 milliard d’euros d’ici fin 2010.

Le Groupe confirme ainsi son objectif d’améliorer son ratio de DFN/EBITDA à fin 2009 et d’atteindre un ratio inférieur à 2,2 à fin 2010.

Les résultats du premier semestre 2009 seront publiés le 27 août.

 

 

 

(1) Free cash flow = CAF opérationnelle courante avant IS – investissements courants + var BFR – IS versés – intérêts financiers nets versés

 

FRANCE

Les ventes en France sont en baisse de -5,0%, sous l’effet notamment des variations de périmètre relatives à Franprix-Leader Price (-1,1%) et d’un impact défavorable de l’essence (-1,9%).
Hors essence, l’évolution des ventes en organique ressort à -2,0%. Ce chiffre intègre l’impact de l’arrêt de contrats d’affiliation, essentiellement avec les Coop de Normandie, qui a pesé à hauteur de -0,7% sur la croissance des ventes. 

Franprix-Leader Price
Les ventes à magasins comparables de Franprix sont stables à -0,5%. La bonne tenue du trafic témoigne de la grande robustesse du concept de l’enseigne.

L’évolution des ventes à magasins comparables de Leader Price est en ligne avec le premier trimestre, en baisse de -6,1% hors effet calendaire. Le trafic est quasiment stable sur la période. Le recul résulte ainsi essentiellement de la baisse du panier moyen, la clientèle du format discount, plus sensible à l’environnement économique, continuant à limiter ses dépenses.
L’amélioration des conditions d’achat permet à l’enseigne de poursuivre ses initiatives visant à renforcer son attractivité commerciale (développement de l’assortiment en produits frais, intensification de la politique de communication). 

Franprix a maintenu un rythme d’expansion élevé avec l’ouverture de 16 magasins au second trimestre. A fin juin, l’enseigne a ouvert 27 nouveaux magasins, tous au nouveau concept, dont les résultats sont très satisfaisants. 
Leader Price a ouvert, de son côté, une dizaine de magasins sur la période, conformément à ses objectifs.
Par ailleurs, les deux enseignes ont engagé un processus de rationalisation de leur parc, avec notamment la fermeture de magasins non rentables.

Au total, et hors impact de la déconsolidation des deux franchisés, le chiffre d’affaires de Franprix-Leader Price est en baisse de -1,6%.

La décision récente du tribunal arbitral permettra au Groupe de détenir 100% des deux sociétés. 

Hypermarchés
Les ventes de Géant Casino sont en baisse de -4,2% à magasins comparables hors essence, marquant une amélioration significative de la tendance d’activité par rapport au 1er trimestre 2009 (-8,6%), tant au niveau du trafic (-3,7% vs -5.7%) que du panier moyen (-0,5% vs -3,1%).

Le redressement de la performance en alimentaire est très satisfaisant avec un recul limité à -2,4% (contre -7,4% au 1er trimestre), résultant du renforcement de la dynamique commerciale. Comme annoncé, l’enseigne a intensifié de manière maîtrisée son activité promotionnelle depuis fin mars et a procédé à des baisses de prix ciblées en fond de rayon depuis mi-mai. Ces investissements tarifaires ont été permis par les gains résultant de l’optimisation des conditions d’achat.
La croissance de la marque propre s’est poursuivie sur un rythme élevé.

Les ventes en non alimentaire sont en baisse de -9,2% (contre -11,7% au 1er trimestre 2009), dans un environnement peu favorable aux dépenses discrétionnaires. Géant Casino a poursuivi son travail de recentrage de l’offre sur les familles de produits les plus porteuses en chiffre d’affaires et les plus rentables (textile, maison et loisirs). La baisse a été ainsi particulièrement marquée sur les produits blancs et bruns. En revanche, les familles textile et loisirs ont enregistré une amélioration sensible de leur tendance d’activité.

Proximité

Supermarchés
L’enseigne Casino Supermarchés enregistre un recul de ses ventes à magasins comparables hors essence de -2,5%.
Le panier moyen progresse de +0,9%, porté par le dynamisme de la marque propre.
Les ventes totales hors essence sont stables (-0,3%).
La part de marché de l’enseigne sur le 2nd trimestre 2009 est stable à 2,3%.

Monoprix
A magasins comparables, les ventes de Monoprix sont en recul de -1,8%. Cette performance satisfaisante, dans la tendance du premier trimestre, traduit le succès du positionnement différencié de l’enseigne. 
Les ventes totales progressent de +0,7% au second trimestre, sous l’effet de la poursuite du développement de l’enseigne (ouverture de 4 citymarchés et de 5 Monop’) et de l’intégration de Naturalia.

Supérettes
Les ventes sont en retrait de -3,1%, sous l’effet de la poursuite de la politique d’optimisation du parc de magasins avec 132 fermetures de magasins sur la période contre 100 ouvertures.


Autres activités

Cdiscount enregistre à nouveau une progression à deux chiffres (+10,8%) de ses ventes sur la période, confirmant son dynamisme. Sur le 1er semestre, la croissance de l’enseigne s’élève à +14,9%.
Au total, les ventes des autres activités (Cdiscount, Mercialys, Casino Restauration, Banque Casino) sont en croissance de +5,7% au second trimestre.

 

*
* *

 
INTERNATIONAL

Les ventes de l’International progressent de +3,8% au second trimestre. L’effet de change est défavorable de -2,7%, résultant notamment de la dépréciation du réal brésilien et du peso colombien par rapport à l’euro, en partie compensée par l’appréciation du baht thaïlandais.

L’International maintient une croissance organique soutenue à +5,8%, tant en Amérique du Sud (+7,1%) qu’en Asie (+7,4%).

L’Amérique du Sud a enregistré une croissance solide des ventes à magasins comparables de +5,7%.
Le dynamisme des ventes à magasins comparables de CBD se poursuit sur un rythme très élevé (+15,6%), portant la croissance à +11,8% sur le semestre. Cette excellente performance traduit, en particulier, l’efficacité des partenariats mis en place avec les fournisseurs, permettant la mise en œuvre d’une politique promotionnelle agressive et d’une offre produits adaptée aux besoins des consommateurs. Les ventes totales du Brésil progressent de +18,1% sous l’effet de l’expansion. La société a, par ailleurs, renforcé sa position de leader de la distribution sur le marché brésilien avec l’acquisition de Ponto Frio, deuxième acteur sur le segment très porteur de l’électroménager/électronique.
Dans un contexte économique toujours difficile en Colombie, Exito enregistre une amélioration de sa tendance d’activité. 
L’activité au Venezuela a été affectée par les mouvements de grèves sur la période. L’Argentine et l’Uruguay continuent d’afficher une performance satisfaisante à magasins comparables.

La croissance organique de l’Asie s’est maintenue sur un rythme élevé (+7,4%), sous l’effet de la politique d’expansion soutenue de Big C en 2008 et de la poursuite d’une très forte croissance à magasins comparables au Vietnam.

La performance de l’Océan Indien est satisfaisante avec une croissance à magasins comparables de -0,3% sur la période. Les ventes en organique sont en retrait de -1,6%.

Les ventes de Super de Boer (Pays-Bas) sont en hausse de +3,2%, malgré la fermeture de 11 magasins. Cette bonne performance est portée par un chiffre d’affaires moyen par magasin en progression de +5,1% (contre +2,5% au 1er trimestre). 

 

Principales variations du périmètre de consolidation
• Déconsolidation de deux franchisés au sein du sous-groupe Franprix-Leader Price à compter du 31 décembre 2008.

Direction de la Communication Financière
Nadine COULM
ncoulm@groupe-casino.fr
+33 (0)1 53 65 64 17

Aline NGUYEN
anguyen@groupe-casino.fr
+33 (0)1 53 65 64 85

 

 

Annexe : Application de la norme IFRS 8 et de l’interprétation IFRIC 13
A compter du 1er janvier 2009, la norme IFRS 8 « Secteurs opérationnels » et l’interprétation IFRIC 13 « Programme de fidélisation clients » s’appliquent obligatoirement. A ce titre, deux changements de méthode ont été effectués et leur application rétrospective a conduit à retraiter les données de l’exercice 2008 permettant d’assurer leur comparabilité avec celles de l’exercice en cours.

–  IFRS 8 remplace IAS 14 « Information sectorielle ». Cette norme n’a pas d’effet sur la performance ni sur la situation financière du Groupe mais donne lieu à une présentation différente des informations. En pratique pour le Groupe, la principale modification sur les données de chiffre d’affaires 2008 concerne la présentation du chiffre d’affaires, réalisé majoritairement par Easydis auprès de tiers, qui est désormais présenté en « Autres activités » et non plus réparti entre les enseignes françaises.

–  L’interprétation IFRIC 13 « Programme de fidélisation clients » impose de comptabiliser à leur juste valeur les avantages octroyés aux clients dans le cadre de programmes de fidélisation (notamment programmes de points et bons d’achat), comme une composante identifiable séparément de la vente au cours de laquelle ils sont octroyés. En pratique, l’interprétation IFRIC 13 conduit à minorer le chiffre d’affaires lors de l’octroi de l’avantage et à reconnaître une augmentation du chiffre d’affaires lors de l’utilisation de l’avantage. Jusqu’en 2008, au titre de ces programmes de fidélité, le Groupe enregistrait dans le résultat opérationnel courant une provision correspondant au coût.