Communiqués - 2011

13 juillet 2011

Casino prend acte du retrait du projet

Le Groupe Casino prend acte du retrait par Abilio Diniz, BTG Pactual et Carrefour de leur projet. Casino, premier actionnaire de GPA, attentif aux intérêts de la société et de l’ensemble de ses actionnaires, a été entendu sur le fond.
Avec le management de la société, Casino poursuivra le développement de GPA et réaffirme son engagement stratégique au Brésil.

Contact analystes et investisseurs

Régine Gaggioli : rgaggioli@groupe-casino.fr / + 33 (0)1 53 65 64 17

Aline Nguyen : anguyen@groupe-casino.fr / + 33 (0) 1 53 65 64 85

12 juillet 2011

Le Conseil d’Administration de Casino constate que le projet d’opération financière transmis par Gama est contraire à l’intérêt de GPA et de l’ensemble de ses actionnaires

  • Une vision erronée de la stratégie de GPA
  • Une estimation des synergies fortement surévaluée
  • Des risques d’exécution significatifs
  • Un projet très dilutif pour les actionnaires de GPA
  • Un projet destructeur de valeur du fait de la transformation de GPA en un holding décoté de participations non contrôlées
     

Le Conseil d’Administration de Casino Guichard-Perrachon (« Casino ») s’est réuni ce jour sous la présidence de M. Jean-Charles Naouri en vue d’examiner les termes de la proposition financière projetée par Gama 2 SPE Empreendimentos e Participaçoes (« Gama »), Monsieur Abilio Diniz et Carrefour relative au projet de fusion de GPA avec les activités de Carrefour au Brésil et d’une prise de participation minoritaire dans Carrefour SA.

A l’issue de ses travaux, le Conseil d’Administration a constaté à l’unanimité, à l’exception de Monsieur Abilio Diniz, que le projet est contraire aux intérêts de GPA, de l’ensemble de ses actionnaires et de Casino.

Le Conseil d’Administration a réaffirmé par ailleurs son attachement à la politique de développement international de Casino centrée sur les pays à forte croissance, comme récemment illustré par l’acquisition des activités de Carrefour en Thaïlande et le renforcement au capital de GPA.

Il a également réaffirmé son engagement stratégique en faveur du Brésil, qui constitue un axe de développement majeur du groupe, et de GPA (dont Casino est le premier actionnaire avec 43% du capital et détient le co-contrôle via Wilkes). Casino est depuis 12 ans un actionnaire actif et loyal de GPA. De même que pour ses autres filiales internationales cotées (Big C en Thaïlande, Exito en Colombie), Casino a apporté à GPA de façon constante un soutien dans de nombreux domaines (CRM, marques distributeurs, développement des formats de proximité, …).

Le Conseil d’Administration a pris connaissance des travaux des conseils financiers de la société, Banco Santander, Goldman Sachs, Messier-Maris & Associés et Rothschild & Cie, du rapport de Merril Lynch (filiale de Bank of America), ainsi que de l’étude réalisée par le cabinet de conseil en stratégie Roland Berger sur les aspects économiques du projet.

Le Conseil d’Administration a porté l’appréciation suivante sur la proposition et sur ses conséquences éventuelles pour GPA et l’ensemble de ses actionnaires :

 

  • Cette opération repose sur une vision stratégique erronée pour GPA

    • Un renforcement significatif sur un format en déclin :

§ Au Brésil, elle entraînerait un doublement du chiffre d’affaires réalisé dans le segment des hypermarchés (le portant de 11 à 26 Mds de R$ et de 47 à 51% du total alimentaire) alors même que les parts de marché de ce segment connaissent, à l’instar d’autres zones géographiques, une décroissance continue (de 56% à 54% entre 2008 et 2010[1], soit une croissance inférieure à celle du marché d’environ 5 points).

    • Un développement géographique non maîtrisé dans des régions en faible croissance :

      • Une détention minoritaire au capital de Carrefour ne correspond pas à une internationalisation adéquate pour GPA, qui doit avoir la maîtrise d’un tel développement ;

      • L’expansion internationale de GPA devrait être tournée vers les pays en forte croissance alors que les marchés européens matures représentent près des deux tiers du chiffre d’affaires de Carrefour.

    • L’achat d’une participation dans Carrefour représente aujourd’hui un choix d’investissement risqué compte tenu des doutes exprimés par les marchés sur sa stratégie du fait de sa surpondération sur les marchés matures à faible croissance et sur les formats de magasins les moins porteurs de croissance.

 

  • Les synergies annoncées sont fortement surévaluées

    • Les estimations de synergies annoncées par Gama en support de cette opération sont largement supérieures aux niveaux annoncés lors d’opérations similaires. Elles s’établiraient en effet à 3,2% du chiffre d’affaires 2010 combiné, contre une moyenne de l’ordre de 1% de synergies annoncées lors de dix opérations comparables ;

    • Ces estimations ne tiennent pas compte des désinvestissements qui seraient nécessaires, des coûts induits de mise en œuvre de ces synergies qui seraient substantiels ainsi que du phasage de leur montée en puissance ;

    • Au global, les travaux détaillés et documentés conduits par Roland Berger montrent que le potentiel réaliste de synergies en année pleine pourrait atteindre à moyen terme au mieux 0,8% du chiffre d’affaires combiné ;

    • Au surplus, les fusions dans la grande distribution montrent que les montants effectivement réalisés atteignent rarement les niveaux initialement annoncés. A titre de comparaison, les observateurs avaient noté qu’aucune augmentation de la marge opérationnelle n’avait été réalisée 2 ans après la fusion Carrefour/Promodès alors même qu’un niveau de 2,3% du chiffre d’affaires européen avait été initialement annoncé.

 

  • Les risques d’exécution sont élevés

    • Une concentration excessive à Sao Paulo et Rio de Janeiro

      • Roland Berger estime que GPA et Carrefour Brésil ont des parts de marché combinées respectives dans les Etats de Sao Paulo et de Rio de Janeiro, où les sociétés sont en concurrence frontale, de 63% et 40%.

    • Les deux réseaux sont en concurrence frontale et sont donc peu complémentaires

      • C’est ainsi que 40% des magasins sont présents dans une même zone de chalandise. En ce qui concerne les hypermarchés et les magasins de cash & carry, le pourcentage passe à 71% pour Sao Paulo et 43% pour Rio de Janeiro.

    • Des cessions d’actifs significatives inévitables et non prises en compte

      • Le cabinet GOAssociados, consultants économiques en matière de concurrence, représenté par M. Gesner Oliveira, ancien Président de la CADE, l’autorité de la concurrence brésilienne, estime que « la concentration créée par ce projet serait excessive dans de nombreuses municipalités. Dans ces conditions, il est inévitable que les autorités de la concurrence restreignent significativement le périmètre du nouvel ensemble. D’autre part, la puissance d’achat que représenterait le nouvel ensemble sur le marché pourrait conduire à l’imposition de contraintes supplémentaires dont il n’est pas possible de prévoir exactement la nature et les effets sur les conditions d’exploitation de l’ensemble. »

    • Les risques managériaux sont importants pour GPA :

      • Le management de GPA gère actuellement le processus d’intégration de Nova Casas Bahia, le pôle d’activités non-alimentaires de la société qui, avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 20 MR$, constitue un enjeu majeur de développement du groupe. Dans ce contexte, ajouter un second défi managérial est aujourd’hui prématuré. La fusion entre Carrefour et Promodes illustre les types de difficultés que peuvent rencontrer les grandes fusions dans le secteur de la distribution alimentaire.

 

  • Les termes financiers de l’opération conduiraient à une dilution massive et injustifiable des actionnaires de GPA

    • L’offre transmise par Gama repose sur une dilution inutile des actionnaires actuels de GPA via l’entrée au capital de la BNDES et de BTG Pactual à hauteur de 2 mds d’euros :

      • la structure financière de GPA est saine avec un ratio de dette financière nette rapportée à l’EBITDA 2011 s’établissant à mars 2011 à 0,7x[2] ;

      • ce montant a pour seul but la prise de participation minoritaire de GPA dans Carrefour, qui plus est avec une prime sur le cours de bourse, investissement qui présente des risques importants et que les actionnaires de GPA pourraient réaliser directement s’ils le souhaitaient.

    • Cette dilution se ferait à un prix décoté et sans justifications :

      • elle serait réalisée sur la base d’un cours de 64,7 R$ par action de préférence (PN) représentant une décote significative sur la valeur intrinsèque de GPA (en moyenne 82 R$ selon les analystes) et sur le cours de bourse de ses actions de préférence, ce qui est d’autant plus surprenant qu’il s’agit d’une opération réservée à des nouveaux actionnaires qui n’apportent rien aux plans industriel et stratégique ;

      • elle aurait pour conséquence de diluer l’ensemble des actionnaires actuels de GPA sans que ces derniers ne puissent bénéficier d’un droit préférentiel de souscription.

    • GPA perdrait de fait le contrôle de ses actifs avec un faible multiple et sans prime :

      • la parité proposée de la fusion entre GPA et Carrefour Brésil, qui extériorise un multiple inférieur à 7,0x l’EBITDA 2011[3] pour GPA, lui est défavorable, les termes financiers de l’opération ne reflétant pas la meilleure qualité des actifs de GPA par rapport à ceux de Carrefour.

 

  • L’opération transformerait GPA, de société opérationnelle, en un holding de participations non contrôlées subissant une forte décote

    • La substance de GPA serait profondément modifiée car la société perdrait le contrôle de ses actifs pour ne devenir qu’un simple holding financier. Sa cotation ne serait pas attrayante dans la mesure où :

      • Le holding ne contrôlerait aucun de ses actifs, ne détenant que 50% de ses actifs brésiliens et 11,7% de Carrefour ;

      • Le holding ne les consoliderait plus que par mise en équivalence à partir de 2013.


    • La gouvernance envisagée serait préjudiciable :

      • La gouvernance proposée, avec notamment un plafonnement des droits de vote à 15%, est contraire aux principes de gouvernance moderne ;

      • Il n’y aurait plus d’actionnaires forts capables d’accompagner le management dans les grandes décisions ;

      • Son actionnariat serait disparate avec des horizons d’investissement différents en fonction de la nature des actionnaires.

    • Une forte décote de holding serait à prévoir qui détruirait beaucoup de valeur :

      • Compte tenu de sa nature, il s’agirait d’un véhicule d’investissement affecté d’une décote de holding significative. Les décotes de holding observées sur le marché brésilien s’établissent en moyenne à 18%[4], niveau en ligne avec celles observées sur les autres places de cotation ;

      • Cette décote gommerait l’effet des synergies et ferait même courir le risque d’une destruction de valeur pour les actionnaires de GPA.

 

Dans ces conditions, le Conseil d’Administration, après avoir pris connaissance des rapports précités et entendu la synthèse du rapport de Merril Lynch (filiale de Bank of America) du point de vue des actionnaires de GPA, a constaté à l’unanimité, à l’exception de Monsieur Abilio Diniz, que l’opération financière proposée est contraire aux intérêts de GPA, de l’ensemble de ses actionnaires et de Casino. Il a rappelé que cette proposition, non sollicitée, est hostile et illégale.

Lors du Conseil d’Administration, Monsieur Abilio Diniz qui a participé aux débats, a réaffirmé son soutien à l’opération et n’a pas souhaité prendre part au vote.

Le Conseil d’Administration a ainsi mandaté son Président afin de présenter dans les meilleurs délais la position de Casino au Conseil d’Administration de Wilkes et, plus généralement, de la faire valoir par tous les moyens nécessaires, dans le respect des accords existants et de la réglementation brésilienne.

 

Saint-Etienne, le 12 juillet 2011


[1] Source : Roland Berger

[2] Sur la base d’un consensus d’analystes de GPA et de la dette financière nette de GPA au 31 mars 2011

[3] Sur la base d’un consensus d’analystes de GPA, de la dette financière nette de GPA au 31 mars 2011 et d’une valeur de R$66 par action

[4] Source : Factset. Moyenne observée depuis janvier 2010 pour les holdings cotées brésiliennes Itaùsa, Bradespar et Metalùrgica Gerdau

Contact analystes et investisseurs

Régine Gaggioli : rgaggioli@groupe-casino.fr / + 33 (0)1 53 65 64 17

Aline Nguyen : anguyen@groupe-casino.fr / + 33 (0) 1 53 65 64 85

5 juillet 2011

Réponse au récent communiqué de Carrefour

En réponse au récent communiqué de Carrefour qui déclare n’avoir aucune intention hostile à l’égard de Casino et qui prétend que les accords liant Casino et le groupe Diniz ne contiennent aucune stipulation interdisant les discussions ou les négociations, Casino souligne que :

(1) Le caractère hostile de l’attitude de Carrefour est établi par le fait que Carrefour conduit depuis des mois des discussions secrètes qui visent à s’approprier le contrôle de la société brésilienne CBD. Si Carrefour n’avait pas eu d’intention hostile à l’égard de Casino, elle aurait à l’évidence informé de son projet Casino, en sa qualité de premier actionnaire de CBD exerçant le co-contrôle de cette société.

(2) La lettre et l’esprit des accords publics conclus entre Casino et le groupe Diniz interdisent de telles négociations et Casino ne doute pas que les juridictions qui en sont ou seront saisies le confirmeront. L’ordonnance du Président du tribunal de commerce de Nanterre du 24 juin 2011 a souligné à cet égard :

  • « Carrefour, déjà présente au Brésil depuis des années, connaissait les liens entre Casino et le Groupe Diniz et savait qu’ils supposaient une loyauté réciproque. »
  • « Carrefour était susceptible en entreprenant des négociations qui pouvaient la rendre complice d’une éventuelle violation d’accords contractuels dont elle avait parfaitement connaissance d’engager sa responsabilité délictuelle à l’égard de Casino. »

Ainsi, contrairement à ce que soutient Carrefour, un projet de cette nature requiert la parfaite information et le respect des droits de toutes les parties en cause.
 
St Etienne, le 5 juillet 2011

Contact analystes et investisseurs

Régine Gaggioli : rgaggioli@groupe-casino.fr / + 33 (0)1 53 65 64 17

Aline Nguyen : anguyen@groupe-casino.fr / + 33 (0) 1 53 65 64 85
 

4 juillet 2011

Casino a saisi la Chambre de Commerce Internationale d’une seconde procédure d’arbitrage à l’encontre du groupe Diniz

Le Groupe Casino annonce qu’il a saisi, le 1er juillet 2011, la Chambre de Commerce Internationale – CCI – d’une seconde procédure d’arbitrage à l’encontre du groupe Diniz, suite à la proposition présentée le 28 juin 2011 simultanément à CBD et ses actionnaires.

Par cette démarche le Groupe Casino, premier actionnaire de CBD, sollicite, en particulier, le respect des procédures fixées par le pacte entre actionnaires du 27 novembre 2006.

En application du droit brésilien, cette procédure a été engagée en présence de la société CBD. Il s’agit d’une mesure de protection de CBD visant à assurer l’efficacité du jugement qui sera prononcé. 

Casino réaffirme son engagement envers CBD, dont le Groupe, actionnaire depuis 1999, n’a cessé d’accompagner la croissance et le développement, ainsi que sa confiance envers son management.

St Etienne, 4 Juillet 2011

Contact analystes et investisseurs
Régine Gaggioli
rgaggioli@groupe-casino.fr
+ 33 (0)1 53 65 64 17

Aline Nguyen
anguyen@groupe-casino.fr
+ 33 (0) 1 53 65 64 85

4 juillet 2011

Communiqué établissant le bilan semestriel du contrat de liquidité de la société CASINO, GUICHARD-PERRACHON

Au titre du contrat de liquidité confié par la société Casino, Guichard-Perrachon à Rothschild & Cie Banque, les moyens suivants figuraient au compte de liquidité à la date du 30 juin 2011 :

• 635 500 actions,
• 48 994 781,80 €.

Il est rappelé que lors de sa mise en oeuvre, les moyens suivants figuraient au compte de liquidité :

• 700 000 actions,
• 40 000 000 €.

******

Saint-Etienne, le 4 juillet 2011
 

4 juillet 2011

Communiqué du 4 juillet 2011

Suite à la communication de Carrefour, le Groupe Casino considère que Carrefour et ses administrateurs engagent leur responsabilité en acceptant, malgré les avertissements, une opération engagée de manière hostile et menée dans le cadre de négociations illégales.

Selon Carrefour, la réalisation de cette opération serait notamment conditionnée à l’accord de CBD. En revanche, Carrefour omet délibérément de préciser que l’accord de Wilkes, et donc celui de Casino sont requis. Tout projet impliquant le devenir de CBD, dont Casino détient le co-contrôle, ne peut en effet avoir lieu que dans le respect du pacte d’actionnaires liant le Groupe Casino au Groupe Diniz, et est ainsi conditionné à l’approbation unanime du conseil d’administration de Wilkes.

St Etienne, le 4 juillet 2011
 
Relations investisseurs

Régine Gaggioli : rgaggioli@groupe-casino.fr / +33 (0)1 53 65 64 17
Aline Nguyen : anguyen@groupe-casino.fr /+33 (0)1 53 65 64 85

30 juin 2011

Augmentation de la participation de Casino dans Grupo Pão de Açúcar (GPA)

Le groupe Casino annonce ce jour avoir informé le groupe GPA de l’augmentation de sa participation à concurrence de 16,1 millions d’actions préférentielles, soit 6,2% du capital de GPA. Sa participation économique totale, y compris les actions ordinaires, s’élève désormais à 43,1% du capital de GPA.
Par cette nouvelle augmentation significative de sa participation, le Groupe réaffirme son engagement au Brésil et dans GPA ainsi qu’à l’équipe de direction et l’ensemble des équipes GPA, ses clients, ses fournisseurs et toute autre partie en relation avec la société.
Cette acquisition ne modifie pas le contrôle de GPA, qui continue à être exercé par Wilkes*, selon les dispositions prévues à la fois par le pacte d’actionnaires de Wilkes, daté du 27 novembre 2006, et par celui de GPA, daté du 20 décembre 2006.

St Etienne, le 30 juin 2011

Casino
Casino est un acteur majeur du commerce alimentaire en France et à l’international. Multiformat, il gère au 31 décembre 2010 un parc de 11 663 magasins.
Le Groupe réalise 62 % de son chiffre d’affaires et 59 % de son résultat opérationnel courant en France, et 38 % de son chiffre d’affaires et 41 % de son résultat opérationnel à l’international, où il est présent dans 8 pays.
Au 31 décembre 2010, le Groupe a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 29 milliards d’euros et un résultat net (part du Groupe) de 559 millions d’euros. Casino est coté à la Bourse de Paris.

GPA
Acteur historique de la distribution alimentaire brésilienne, GPA dispose aujourd’hui d’un portefeuille multiformat et multi-enseigne. À fin 2010, le Groupe opère un parc de 1 647 magasins et dispose de fortes positions de marché dans les deux États les plus dynamiques du pays, São Paulo et Rio de Janeiro.
Les ventes de la société se sont élevées à 13 751 millions d’euros en 2010. GPA est consolidé par intégration proportionnelle depuis le 1er juillet 2005 par Casino. GPA est coté à la Bourse de São Paulo et à la Bourse de New-York.

*Holding de contrôle de GPA, co-contrôlée par le Groupe Casino et par le Groupe Diniz.

Relations investisseurs

Régine Gaggioli : rgaggioli@groupe-casino.fr / +33 (0)1 53 65 64 17
Aline Nguyen : anguyen@groupe-casino.fr /+33 (0)1 53 65 64 85

30 juin 2011

Le groupe Casino renforce son intégration en Amérique latine

Cession à Exito de ses participations dans Disco et Devoto pour 520 M€
Augmentation du Capital d’Exito afin d’accélérer son plan d’expansion dans la région

Exito a annoncé hier la signature d’un contrat d’acquisition de la participation majoritaire de Casino dans Disco et Devoto pour une valeur totale de 746 millions d’US$ (520 millions d’euros). Exito a annoncé dans le même temps son intention de lancer une augmentation de capital en Colombie d’un montant maximum de 1,4 milliard de US$.
Cette double opération témoigne des ambitions stratégiques du Groupe en Amérique latine hispanique, une des zones clés de son développement.

Création d’une plate-forme intégrée de développement en Amérique latine hispanique
L’acquisition des participations majoritaires de Casino dans ses filiales uruguayennes Disco et Devoto constitue pour Exito une avancée majeure dans son développement international.
Avec un chiffre d’affaires consolidé d’environ 770 millions d’US$ attendu en 2011, Disco et Devoto exploitent 53 magasins en Uruguay, dont 1 hypermarché Géant, 28 supermarchés Disco et 24 supermarchés Devoto pour une surface totale de 73 900 m². Les deux enseignes sont les leaders de la distribution alimentaire moderne en Uruguay et totalisent une part de marché deux fois supérieure à celle de leur concurrent le plus proche.
Par cette acquisition, Exito devient un acteur régional bénéficiant de positions de leader sur deux des marchés les plus stables et porteurs d’Amérique du Sud.

Développement d’opportunités créatrices de valeur pour les actionnaires d’Exito et de Casino
La combinaison d’Exito avec Disco et Devoto renforce l’intégration des deux sociétés dans des pays présentant des caractéristiques linguistiques et culturelles communes. Elle permettra en outre le développement de synergies qui n’étaient pas possibles tant que les deux sociétés étaient indépendantes.
En particulier, l’opération permet à Disco et Devoto de bénéficier de l’expertise d’Exito dans la mise en place de nouveaux formats de distribution et dans le développement des ventes nonalimentaires.
La transaction devrait avoir un impact positif sur le résultat net par action d’Exito dès la premièreannée. L’impact sur le BNPA devrait être neutre pour Casino.

Perspectives d’accélération de la croissance d’Exito au travers de ressources financières supplémentaires
En vue de financer son plan d’expansion, incluant l’acquisition des participations de Casino dans Disco et Devoto, Exito prévoit de procéder à une augmentation de capital en Colombie d’un montant maximum de 1,4 milliard de US$. Casino, qui détient 54,8% d’Exito, prévoit de souscrire à l’augmentation de capital à hauteur de sa quote-part, maintenant ainsi sa participation de contrôle dans la société.
Cette opération permet à Exito de renforcer sa structure financière, déjà solide, tout en lui fournissant des ressources financières supplémentaires qui lui permettront d’accélérer son expansion en Colombie et dans d’autres pays d’Amérique Latine hispanique où le management d’Exito a déjà identifié des opportunités de développement. Elle permettra également à Casino de poursuivre son désendettement.
L’opération d’acquisition et l’augmentation de capital seront soumises au vote des actionnaires d’Exito au cours une assemblée générale qui aura lieu le 6 juillet 2011.
La finalisation de l’acquisition est attendue dans le courant du second semestre après la réalisation de conditions suspensives usuelles en la matière et le placement des actions Exito sur le marché.

Saint-Etienne – 30 juin 2011

28 juin 2011

Projet d’opération financière rendu public par Carrefour impliquant la société brésilienne CBD : communiqué du groupe Casino

Casino découvre le projet d’opération financière rendu public par Carrefour impliquant la société brésilienne CBD, dont elle est le plus important actionnaire, dont elle assure le co-contrôle avec Abilio Diniz et dont elle a acquis en 2005 auprès d’Abilio Diniz et de sa famille le droit de devenir le seul actionnaire de contrôle en 2012.

Contrairement aux termes du communiqué, il ne s’agit pas d’une proposition spontanée de Gama, véhicule d’investissement financier, mais d’un projet d’opération financière préparée de longue date et illégalement par Carrefour et Abilio Diniz.

Ce communiqué confirme que des négociations secrètes et illicites ont été conduites et qu’elles se poursuivent. En effet, en vertu des accords publics que Casino a signés avec Abilio Diniz, aucune négociation impliquant l’avenir de CBD ne peut avoir lieu sans Casino.

Dans un premier temps, Casino a rappelé cette obligation à Abilio Diniz et à Carrefour. Malgré ce rappel, ils ont poursuivi ces discussions, ignorant délibérément tant le droit que l’éthique élémentaire des affaires.

Ce projet qui concerne CBD en premier lieu n’a jamais été évoqué avec CBD avant d’être rendu public ce qui lui donne un caractère manifestement hostile.

Casino va examiner dans les prochains jours la façon de défendre au mieux l’intérêt social de CBD et de ses actionnaires qui paraît compromis par ce projet très complexe et très financier.

Casino rappelle enfin qu’elle a le pouvoir de s’opposer à ce projet au regard des accords existants et qu’aucune négociation concernant l’avenir de CBD ne peut être menée sans son accord et sans discussion préalable de ce projet au conseil d’administration de Wilkes, holding de contrôle de CBD.

Paris, le 28 juin 2011

Relations investisseurs

Régine Gaggioli : rgaggioli@groupe-casino.fr / +33 (0)1 53 65 64 17
Aline Nguyen : anguyen@groupe-casino.fr /+33 (0)1 53 65 64 85
 

16 juin 2011

Augmentation de la participation de Casino dans Grupo Pão de Açúcar (GPA)

Le groupe Casino annonce ce jour avoir informé le groupe GPA de l’augmentation de sa participation à concurrence de 8,6 millions d’actions préférentielles, soit 3,3% du capital de GPA. Sa participation économique totale, y compris les actions ordinaires, s’élève désormais à 37% du capital de GPA.

Par cette opération, le Groupe réaffirme son engagement dans GPA et sa confiance dans son équipe de direction. Casino démontre ainsi sa volonté de renforcer sur le long terme le développement de GPA ainsi que les positions du Groupe sur les marchés à forte croissance.

Cette acquisition ne modifie pas le contrôle de GPA, qui continue à être exercé par Wilkes*, selon les dispositions prévues à la fois par le pacte d’actionnaires de Wilkes, daté du 27 novembre 2006, et par celui de GPA, daté du 20 décembre 2006.

Saint-Etienne, le 16 juin 2011

Casino
Casino est un acteur majeur du commerce alimentaire en France et à l’international. Multiformat, il gère au 31 décembre 2010 un parc de 11 663 magasins.
Le Groupe réalise 62 % de son chiffre d’affaires et 59 % de son résultat opérationnel courant en France, et 38 % de son chiffre d’affaires et 41 % de son résultat opérationnel à l’international, où il est présent dans 8 pays.
Au 31 décembre 2010, le Groupe a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 29 milliards d’euros et un résultat net (part du Groupe) de 559 millions d’euros. Casino est coté à la Bourse de Paris.

GPA
Acteur historique de la distribution alimentaire brésilienne, GPA dispose aujourd’hui d’un portefeuille multiformat et multi-enseigne. À fin 2010, le Groupe opère un parc de 1 647 magasins et dispose de fortes positions de marché dans les deux États les plus dynamiques du pays, São Paulo et Rio de Janeiro.
Les ventes de la société se sont élevées à 13 751 millions d’euros en 2010. GPA est consolidé par intégration proportionnelle depuis le 1er juillet 2005 par Casino. GPA est coté à la Bourse de São Paulo et à la Bourse de New-York.


*
Holding de contrôle de GPA, co-contrôlée par le Groupe Casino et par le Groupe Diniz

Direction de la Communication Financière
Régine GAGGIOLI rgaggioli@groupe-casino.fr +33 (0)1 53 65 64 17 
Aline NGUYEN anguyen@groupe-casino.fr +33 (0)1 53 65 64 85